SNMS

Le grand Livre
215 pages • Dernière publication le 25/03/2020

Dans le cadre de son Action culturelle,
la SACD soutient la création de cet ouvrage
      

HISTORIQUE & ARCHIVES / Les archives du SNMS (communiqués, comptes-rendus, photos...) / Page 173 • Publiée le 17/12/2019

2019 (décembre) Rapport moral de Guy-Pierre Couleau

Assemblée Générale du 2 décembre 2019



Introduction

Au terme d’une année de présidence de notre syndicat, je voudrais tout d’abord formuler quelques remerciements.

Pour la SACD qui est notre partenaire artistique et financier. Merci à cette grande maison de nous accueillir aujourd’hui et durant toute l’année lors de nos rencontres ouvertes mensuelles. Un grand merci à sa Présidente Sophie Deschamps ainsi qu’à toute l’équipe de la SACD pour leur écoute et leur disponibilité.

Pour les membres de notre conseil d’administration, qui par leur présence et leur travail, leur aide et leur connivence, leurs propositions aussi, ont su contribuer à faire avancer bon nombre de choses. Je pense en particulier à l’organisation de nos événements d’Avignon en juillet dernier, qui ont été une réussite grâce à leurs efforts.

Des remerciements ensuite à Cyril Le Grix, notre premier vice-président, avec qui j’ai la chance d’être en dialogue constant et qui ne ménage ni sa peine ni son temps pour la juste reconnaissance de notre cause et de notre métier de la mise en scène. Son expérience de la présidence m’aide très fréquemment.

Des remerciements particuliers à Marie-Céline Nivière pour son énorme travail auprès de nous et pour le bien de notre syndicat. Sa grande connaissance de l’histoire du théâtre et de notre profession, sa rigueur, sa gentillesse et son total dévouement au SNMS, auront fait de Marie-Céline une collaboratrice incontournable et précieuse. Aujourd’hui elle se tourne vers de nouvelles activités et quitte le secrétariat du syndicat. Nous la retrouverons fréquemment. Qu’elle soit ici remerciée chaleureusement pour ses trois années d’implication à nos côtés.

Un grand merci également à Panchika Velez qui, au sein du Conseil d’administration de la SACD, fait œuvre utile au profit de tous les metteuses et metteurs en scène, ceci pour le bien de notre métier. Son écoute et sa proximité avec nous sont des satisfactions de tous les instants.

Enfin mes remerciements vont à tous les membres du SNMS. Votre fidélité, votre engagement généreux et altruiste sont indispensables à l’existence de notre organisation. Par votre attachement à notre objet syndical, par votre présence dans nos rangs, vous dites une chose essentielle aujourd’hui et devenue pourtant si rare : la solidarité est indispensable au progrès de notre société. Ensemble nous dialoguons, nous construisons, nous avançons. Dans un temps où l’individualisme règne et semble devenir la norme, il est réconfortant de voir que nous sommes là, unis autour d’un projet altruiste, soudés grâce à notre diversité, résolus à ne rien céder au culte du chacun-pour-soi. C’est par nos différences de parcours, nos choix multiples et nos routes particulières que nous pouvons affirmer notre existence de metteuses et metteurs en scène.

Merci à vous tous de votre engagement désintéressé et nécessaire.

Je tenais aussi à saluer la mémoire de Philippe Ogouz, disparu cette année et qui aura été un des plus fidèles compagnons de route de notre syndicat. Membre du Syndicat National des Metteurs en Scène, il fut membre du conseil d’administration et vice-président pendant de nombreuses années.

Philippe était parmi nous à la dernière Assemblée Générale, toujours attentif, il avait pris la parole pour rappeler combien notre syndicat était important à ses yeux et que son engagement était entier et sincère.

Nos pensées vont à ses proches.

Mais après ces quelques mots auxquels je tenais particulièrement, je voudrais vous donner quelques aperçus de notre travail et de ce que je crois que nous devrions continuer de faire dans les prochains mois.

1 – Bilan des actions culturelles menées par le SNMS en 2019

19 Février : Rendez-vous avec le Ministère de la Culture.

Cyril Le Grix 1er Vice-Président et moi-même, nous nous sommes rendus au Ministère de la Culture pour y rencontrer Mr Stephan Kutniak, Conseiller en charge de la création artistique et du soutien aux artistes, auprès de Mr Franck Riester, Ministre de la Culture. Nous avons pu lui exposer nos actions syndicales et nos désirs de nous voir davantage impliqués dans les discussions professionnelles du ministère. L’écoute de Mr Kutniak a été très positive.

20 Mars : Réforme des retraites

Je me suis rendu au nom du SNMS à la rencontre information "réforme des régimes de retraite", le 20 mars 2019, de la part du Président Luc BERAUD (Président du RACD et de l’IRCEC). Le rapport de nos préconisations a été remis à Jean-Paul Delevoye. La réforme des retraites est en cours d’examen avec l’ensemble des partenaires sociaux.

Lundi 29 avril : Projection du film « Les artisans de l’éphémère »

Le film documentaire de Cyril Le Grix, produit par le SNMS, « Les artisans de l’éphémère », a été projeté au théâtre du Poche Montparnasse à l’invitation de l’équipe du théâtre. Nous remercions Stéphanie Tesson et Charlotte Rondelez pour l’accueil et l’organisation de cette belle soirée qui nous a permis de présenter ce beau film devant un public conquis. Certains sont restés ensuite pour échanger sur le sujet de la mise en scène et des metteurs en scène avec Anne Delbée et Cyril Le Grix.

Mai : Rencontres avec les organisations professionnelles

Le SNMS poursuit ses rencontres avec les autres associations professionnelles d’auteurs : Groupe 25 images, la Guilde des scénaristes, les E.A.T., le Syndicat des Chorégraphes associés.

Ensemble nous explorons les problématiques liées à nos métiers respectifs. Ce qui fait apparaître de nombreuses interrogations communes et de nombreuses convergences. Aujourd’hui, la création artistique occupe le centre de nos préoccupations, parce qu’elle occupe le centre de nos actions.

En connivence avec le public, les auteurs de l’écrit, de l’image et de la scène tracent les grandes lignes de notre époque, de ses bouleversements, de ses perspectives.

Le 14 mai : Rencontre avec la CFDT

Pour la CFDT Messieurs René Fontanarava, élu, trésorier à l'AFDAS (collège des salariés) et Nicolas-Guy Florenne. Et pour le SNMS :  Jean-François Prévand, Sara Veyron et Marie-Céline Nivière. Le compte rendu écrit de cette réunion est disponible sur le Grand Livre (voir ici).

10, 11, 12 Juillet : Présence du SNMS au Festival d’Avignon

Trois journées consécutives pour affirmer la présence du SNMS dans ce grand carrefour de notre profession. En Avignon, les metteurs en scène sont eux aussi sur le devant de la scène, si je puis dire. Autant dans le OFF que dans le IN, elles et ils sont particulièrement observés, interrogés, écoutés. Leurs travaux sont analysés, critiqués.

Le format très compact de notre présence évènementielle a un avantage en termes d’investissement de la part de nos membres organisateurs sur place. Ce format de trois jours nous permet aussi une communication plus concentrée et moins diluée dans la masse innombrable de ce qui se passe au festival à cette période.

  • Première Approche au Conservatoire, événement, organisé conjointement avec les E.A.T. (Ecrivains Associés du Théâtre) et l’A.A.F.A. (Actrices Acteurs Associés de France). C’était une vraie réussite au dire de chacun d’entre nous. Les trois organisations se sont félicitées de cette belle opération.
  • Débat « Les metteurs en scène ont-ils encore quelque chose à dire ? » à la Maison professionnel du Village du Off, débat mené par Catherine Robert, du journal La Terrasse, avec Philippe Mercier, Pascal Reverte, Gérard Lefèvre, Charlotte Lagrange, Marie-Céline Nivière, Guy Pierre Couleau, Cyril Le Grix, Sara Veyron, Audrey Bertrand. Nous devrons être attentifs pour le futur au lieu choisi pour notre débat, au thème et au plateau réuni.
  • Projection du documentaire « Artisans de l’éphémère » à la Maison Jean Vilar. La séance s’est poursuivie par une rencontre animée par Guy-Pierre Couleau et qui avait pour thème « L’artisanat de la mise en scène », à laquelle participaient Catherine Vrignaud Cohen, Léonard Matton, Cyril Le Grix et Pierre Pradinas. Moins de monde pour cette projection par rapport à ce que nous pouvions espérer. La communication et le très grand nombre d’événements organisés par la Maison Jean Vilar y sont sans doute pour quelque chose aussi.

Un motif de satisfaction pour nos moyens de communication. Nous avons été très présents sur les réseaux sociaux, avec de nombreux post, bien mis en images. La page Facebook a été fort suivie, nous avons allègrement dépassé à ce jour les 3000 abonnés et nous nous en félicitons. Nous avons à cette occasion créé un compte Instagram. Nous rappelons qu’il y a aussi un compte Twitter du SNMS.

Le Grand Livre numérique du SNMS a connu durant le Festival une forte activité, car 862 personnes ont utilisé notre outil numérique, qui se présente comme l’encyclopédie de tout ce qui concerne l’art et la pratique quotidienne de la mise en scène.

12 septembre : Audition par la commission « Artistes-Auteurs »

Le SNMS, par son Président Guy-Pierre Couleau et le 1er Vice-Président Cyril Le Grix, a été auditionné par la commission du Ministère de la Culture, dans le cadre de la mission sur le statut des artistes-auteurs coordonnée par M. Bruno Racine. Cette audition a duré plus d’une heure et demie. Nous avons pu décrire aux membres présents la réalité de notre profession, tant sur la question du droit d’auteur, de notre double statut, que sur des points concernant la rémunération des metteurs en scène, leur représentation au plan national, les problèmes de parité, la diffusion et la production théâtrale dans notre pays. Le rapport de cette commission doit être remis sous peu au Ministre qui, j’imagine, en tirera quelques préconisations et mesures, nous l’espérons.

13 septembre : Rencontre avec AAFA et EAT

C’est un bilan et perspective de notre opération d’Avignon Première Approche.

J’ai eu rendez-vous avec Sophie-Anne Lecesne, présidente de AAFA, Michèle Laurence et Vincent Dheygre Président des EAT. Nous avons évoqué l’édition parisienne de Première Approche pour le printemps 2020. Elle se met en place et sera sans doute hébergée par le Théâtre 13, le lundi 9 mars.

Le 24 septembre : Rendez-vous à la Direction Générale de la Création Artistique

Avec Madame Sylviane Tarsot-Gillery, Directrice générale et Florian Schmidt, responsable du bureau de l’emploi au sein de la DGCA. Cyril Le Grix et moi nous avons présenté le travail du SNMS et exprimé le souhait d’une plus grande proximité de travail avec la DGCA.

Ce rendez-vous a été aussi l’occasion de proposer à la DGCA de nous aider pour l’organisation des premières Assises de la Mise en scène que nous souhaitons organiser à l’automne prochain. Je vous en dirai plus dans un instant. La réponse et l’écoute de la DGCA ont été plus que favorables et nous devrions avoir leur soutien, notamment financier, pour cet événement.

Aide apportée aux metteurs en scène de septembre 2018 à aujourd’hui

Nous avons souvent des demandes de renseignements de la part de metteuses et metteurs en scène. Nous les renvoyons sur le Grand Livre, où généralement nos interlocuteurs trouvent leurs réponses.

Néanmoins nous sommes intervenus pour différents problèmes :

Procès Xavier Lemaire

Nous avons mis en contact Perrine Mornay avec notre avocate Caroline Delaune (Nov et déc 2018)

Nous avons donné des conseils à :

Elsa Bohée (rémunération co-mise en scène, mai 2019)

Sophie Parel (problème de droit de mise en scène, février, devenue adhérente)

Andrés Spinelli (problème de comédienne, décembre 2018)

Emmanuel Marfolia (suspension DA, novembre 2018)

Glykia de Juan Cuevas (metteur en scène et régime indépendant)

Léonard Matton

Demande d’aide pendant le festival d’Avignon 2019 :

Arnaud Denis

Maika Vibrik

Christian Bordeleau

Sophie Langevin

Abbes Zahmani

2 - Nos directions de travail

Durant cette année 2019 et en concertation avec les membres du conseil d’administration, nous nous sommes interrogés sur les champs d’actions prioritaires relatifs au travail et à la place des metteurs en scène dans le paysage artistique et culturel national. Il nous a semblé urgent d’identifier trois volets de relations indispensables à construire ou à développer. Ceci pour comprendre à la fois l’écosystème dans lequel évoluent les metteurs en scène, mais aussi les ressources à fournir en termes de propositions touchant à l’activité du théâtre aujourd’hui. Ces relations sont indispensables à l’équilibre de nos métiers, de notre profession de metteurs en scène et à l’existence de ce lien social dans lequel nous situons nos pratiques. Si les metteurs en scène travaillent entourés d’artistes, ils produisent des œuvres qui s’adressent aux publics de tous âges, de toutes origines et de toutes provenances. L’essentiel de notre profession consiste à relier les êtres par le sens, par le verbe, par l’écrit.

Créer du lien avec les institutions :

Le dialogue avec le Ministère de la Culture est la base de notre existence depuis la fondation du SNMS en 1944. Il est par conséquent indispensable de pérenniser cette relation de première importance. De plus, les Drac sont nos interlocuteurs naturels en Régions, ceci afin de posséder une connaissance plus fine du tissu artistique au plan national : qui sont les metteurs en scène et où exercent-ils leur métier ? Comment sont-ils structurés ? Quels sont les répertoires abordés par eux ? Quels sont leurs choix ou leurs difficultés en termes d’emploi artistique, de diffusion des spectacles ? Quelles sont leurs actions de médiation vers les publics ? Quelles sont leurs relations avec les institutions théâtrales, au plan national, régional, transfrontalier ? Quelle est leur représentativité à l’étranger ? Quels sont leurs revenus ? Quelle est la parité Homme/femme parmi les metteurs en scène ?

Ces questions parmi beaucoup d’autres, permettraient de dresser une cartographie inédite de la profession de metteur en scène dans notre pays. Cette ressource aiderait, de plus, à la compréhension des problématiques actuelles auxquelles sont confrontés de nombreux artistes, qui souffrent d’un déficit de visibilité et par conséquent d’un manque de reconnaissance. Pourtant, ils existent. Reconnaître et faire connaître leur présence et leur travail sur le territoire national contribuerait à une perception plus précise des ressources humaines du théâtre. Au moment de poursuivre la transmission et l’essor de notre art, il convient pour le SNMS de savoir l’état des choses, de dresser un panorama et de s’appuyer sur les forces en présence.

Nous avons entamé des discussions avec les institutions : Ministère de la Culture, Artcena, Coalition Française pour la diversité culturelle, etc…

Créer du lien entre les organisations d’auteurs :

Partageant le même statut d’auteur de nos œuvres avec d’autres artistes venant d’autres disciplines, regroupés en organisations syndicales et en associations, nous avons constaté la vaste représentation professionnelle de ce qu’il est convenu d’appeler communément le « spectacle vivant ».

C’est pourquoi nous avons entamé depuis quelques temps une série de consultations et que nous travaillons à créer des liens avec les organisations représentatives d’auteurs :

SACD bien sûr, Écrivains Associés du Théâtre, Chorégraphes Associés, Fédération Nationale des Arts de la Rue, Groupe 25 Images - Association de Réalisateurs, Scénaristes associés, SACEM …

Créer du lien avec les publics professionnels et les artistes interprètes :

Nos présences régulières en Avignon depuis plusieurs années, lors du Festival, sont l’occasion d’aller à la rencontre des publics professionnels et non-professionnels. Au centre des aventures théâtrales, nous pensons que les metteurs en scène ont pour mission de réunir lorsqu’ils montent un projet : réunir des artistes avec qui ils vont collaborer mais aussi réunir les spectateurs et les acteurs autour d’un sens, d’une écriture. Cette conviction sert la lutte contre l’isolement et l’individualisme, dans lequel nous plaçons la légitimité de nos travaux.

Nous dialoguons constamment avec Actrices Acteurs Français Associés.

Les Assises de la Mise en Scène

Pour cette année 2020, nous allons organiser un événement qui, nous l’espérons, sera fédérateur et nous permettra de donner une plus grande visibilité au SNMS : Les Assises de la mise en scène. Organisées sur plusieurs journées, ces tables rondes seront l’occasion de traiter de façon complète et inédite de la pratique de notre métier, dans ses contours professionnels, juridiques, esthétiques, moraux et sémantiques. Nous serons attentifs à ouvrir les prises de parole au plus grand nombre et nous veillerons à la représentativité la plus large des praticiens de la mise en scène.

Cet événement aura lieu en automne 2020, à Paris, dans un lieu emblématique de la mise en scène et sera organisé en partenariat avec Artcena, la DGCA, la SACD.

Le programme de ces journées reste à élaborer entre nous et nous travaillons actuellement à construire les partenariats pour ces Assises.

Deux nouveaux Membres d’honneur du SNMS en 2020

Depuis sa fondation, le Syndicat National des Metteurs en Scène a régulièrement reconnu les services rendus par certains de ses membres en leur proposant la qualité de Membre d’Honneur. C’est ainsi que nous comptons aujourd’hui dans nos rangs Madame Anne Delbée et Monsieur Peter Brook qui, tous deux, distinguent notre organisation par leur présence et leur rayonnement artistique et personnel.

Il nous semble pertinent aujourd’hui d’affirmer la reconnaissance de notre syndicat envers deux grandes personnalités de la mise en scène : Messieurs Jorge Lavelli et Kirill Serebrennikov.

Si seul Monsieur Jorge Lavelli est actuellement membre du SNMS, il est permis pour autant, à titre honorifique et dans un intérêt professionnel, d’accepter parmi nous des artistes reconnus internationalement et dont les travaux sont d’un apport artistique évident. C’est le cas de Monsieur Serebrenikov.

Par sa fidélité constante et son engagement sans faille depuis son adhésion en 1964, Monsieur Jorge Lavelli a rendu un très éminent service à notre Syndicat National des Metteurs en Scène. Figure du théâtre français, européen et international, Jorge Lavelli porte, grâce à ses spectacles, les valeurs d’entraide et de solidarité qui nous animent, sur toutes les scènes et dans tous les pays où il travaille. Sa présence dans nos rangs honore non seulement notre syndicat mais encore notre corporation toute entière. Par conséquent, le Syndicat National des Metteurs en Scène ayant pour objet de promouvoir le statut d’auteur du metteur en scène, il nous semble nécessaire de proposer à Monsieur Jorge Lavelli la qualité de Membre d’Honneur de notre syndicat.

De même, pour l’ensemble de son travail, accompli dans la recherche constante d’une libre expression artistique et dans le souci de faire œuvre de solidarité professionnelle, le Syndicat National des metteurs en Scène estime nécessaire de proposer la qualité de Membre d’Honneur à Monsieur Kiril Serebrenikov, metteur en scène Russe et vivant actuellement à Moscou.

3 - Le Syndicat National des Metteurs en Scène en 2019

Quel est le visage actuel de notre syndicat ?

Nous sommes 132 membres actuellement, dont 41 femmes.

Ces chiffres sont en progression très nette depuis trois années :

En 2016 nous étions 88.

En 2017 nous étions 106

En 2018 nous étions 120

En 2019 nous sommes 132.

Soit une augmentation de 50% en trois années.


 
Même s’ils sont encore insuffisants, ces chiffres sont le signe que nous devons poursuivre nos efforts de recrutement et de diffusion de notre existence, en régions et ailleurs, auprès de tous ceux qui exercent la profession de metteur en scène.

Ceci demande une action, des moyens et du temps. Et pour y parvenir, pour accroître notre visibilité dans le milieu professionnel et peser sur les décisions, il faut combiner ces trois paramètres.


Le graphique montre une disparité entre hommes et femmes parmi nos membres.

Il est clair qu’un effort supplémentaire reste à entreprendre pour répondre à cette relative sous représentativité des femmes metteuses en scène au sein de notre syndicat.

Pour autant, il est à noter que ce chiffre correspond à la part des femmes parmi les contributions à la Sacd : 33% des contributions proviennent du travail de femmes dans le secteur du spectacle vivant en 2016. *

* Source : Rapport 2018 de l’Observatoire de l’égalité entre femmes et hommes dans la culture et la communication (Voir PDF)

En 2019, nous avons enregistré 26 nouveaux adhérents dont 11 sont des femmes.


Conclusion

Le SNMS se porte plutôt bien, vous l’aurez compris et ceci grâce au travail qui a été fait par mes prédécesseurs et grâce à la fidélité de tous ses adhérents depuis quelques années. Qu’ils en soient ici remerciés une fois encore.

Pour autant, rien n’est acquis. Au contraire. Nous restons dans une situation fragile et assez précaire, surtout d’un point de vue financier et en ce qui concerne notre représentativité. Nos deux combats sont à mener dans ce sens : trouver davantage de moyens en ressources propres et regagner notre place dans le champ des discussions professionnelles qui intéressent nos conditions de travail et l’exercice de notre métier. Dans les années futures, nous ne devrons pas relâcher nos efforts.

De nombreuses questions se font jour pour le SNMS : comment représenter davantage et de façon plus fidèle le paysage des metteurs en scènes en France, aujourd’hui ? Comment dépasser les clivages qui existent dans notre profession ? Comment communiquer notre véritable visage qui est celui de l’indépendance et de l’engagement ? Comment faire pour que le SNMS soit un lieu de ressource, un lieu d’écoute et d’information pour toutes celles et ceux qui ont besoin de nous ? Comment poursuivre au mieux l’objet premier de notre syndicat qui est inscrit de cette façon dans nos statuts :

« Faire du syndicat un espace de rencontres, de débats, de réflexions sur les évolutions des arts du spectacle vivant, de circulation de textes d’œuvres dramatiques, et de projets artistiques. »

C’est par l’ouverture et la tolérance que nous continuerons d’avancer et pour faire face aux nombreuses interrogations qui nous occupent, j’ai souhaité, avec notre Conseil d’Administration, que le syndicat organise, entre autres événements, ce grand rendez-vous des Assises de la mise en scène dans quelques mois.

Je crois que le théâtre est avant tout une expérience collective et que c’est de cette façon que nous pouvons contribuer au progrès de notre métier, qui est aussi un progrès moral et humain. Par notre dynamisme, par notre réflexion mise en commun, par nos désirs réunis, nous pouvons améliorer la pratique de notre métier, pour le bien de tous.

Je vous remercie de votre attention.

Guy-Pierre Couleau
(2 décembre 2019)


 

 

 

 



pdf / Rapport 2018 de l’Observatoire de l’égalité entre femmes et hommes dans la culture et la communication

Mots clés :

EAT Brook Peter Prévand Jean-François Delbée Anne Velez Panchika Le Grix Cyril SACD Couleau Guy-Pierre Ogouz Philippe Lavelli Jorge Ministère de la Culture Les artisans de l'éphémère Lemaire Xavier Coalition française pour la diversité intellectuelle AAFA Pradinas Pierre Festival d'Avignon Maison Jean Vilar RACD IRCEC Serebrennikov Kirill CFDT Veyron Sara Deschamps Sophie Poche Montparnasse Tesson Stéphanie Rondelez Charlotte Nivière Marie-Céline Bertrand Audrey Robert Catherine Mercier Philippe Reverte Pascal Lefèvre Gérard Lagrange Charlotte Vrignaud Cohen Catherine Matton Léonard Théâtre 13 Chorégraphes associé.e.s Kutniak Stéphane Riester Franck Groupe 25 images Guilde des scénaristes Lecesne Sophie-Anne Dheygre Vincent Tarsot Gillery Sylviane DGCA Artcena Assise de la mise en scène

Envoyer un commentaire