SNMS

Le grand Livre
209 pages • Dernière publication le 20/01/2020

Dans le cadre de son Action culturelle,
la SACD soutient la création de cet ouvrage
      

HISTORIQUE & ARCHIVES / Les archives du SNMS (communiqués, comptes-rendus, photos...) / Page 165 • Publiée le 19/11/2019

2019 (novembre) texte de soutien à l’ASTP


 
Dans le projet de loi de finances 2020, figure un amendement qui prévoit la suppression en 2021 de la taxe fiscale sur les spectacles perçue au profit de l’Association pour le Soutien du Théâtre Privé (ASTP), taxe qui doit être compensée par la création d’une subvention versée par le Ministère de la Culture.

Le Syndicat National des Metteurs en Scène déplore que la disparition de cette taxe vitale au fonctionnement du théâtre privé ait été décidée sans aucune concertation préalable avec les professionnels du spectacle vivant et les organisations professionnelles.

Les raisons qui ont poussé le gouvernement à prendre cette décision sont obscures et aucun élément ne nous a été communiqué pour expliquer l’objectif de cet amendement. En l’état, nous ne pouvons que partager les inquiétudes de l’ASTP car pour reprendre leurs termes, « sans l’existence de l’ASTP, bon nombre de théâtres parisiens auraient aujourd’hui purement et simplement disparu, ou se seraient reconvertis en simples lieux d’accueils ».

La mesure de remplacement annoncée par le Ministère de la Culture, qui promet à l’ASTP une subvention de 8 millions d’euros en lieu et place des 6,5 millions de recettes ne nous convainc pas et pose un certain nombre de questions : Comment cette subvention sera-t-elle pérennisée ? Ne faut-il pas craindre qu’en cas de changement de gouvernement, cette subvention soit remise en cause, fragilisant ainsi totalement tout un pan du spectacle vivant ? Ne faut-il pas voir dans cette nouvelle intervention de l’Etat une dérive qui ferait perdre son caractère indépendant au théâtre privé ? Comment cette subvention sera-t-elle financée et par qui, à l’heure des réductions de budgets ? Comment peut-on promettre de dégager une telle subvention pour les théâtres privés, qui se rapprocheraient de fait du fonctionnement du théâtre public ? A qui peut profiter cette réforme et quels en seront les perdants ?

Même si les critères de l’ASTP ne permettent pas à toutes les structures soumises à cette taxation de bénéficier des dispositifs de soutien (il y aurait là matière à réflexion et à harmonisation), un tel bouleversement ne peut être envisagé dans la précipitation et en l’absence d’étude mûrement menée et réfléchie avec l’ensemble des professionnels du Spectacle Vivant et des organisations professionnelles.

En outre, ce procédé démontre une nouvelle fois une prise de pouvoir de plus en plus accrue depuis plusieurs années de l’administration de l’Etat au détriment des artistes au sein du spectacle vivant, suscitant de nouvelles craintes.

C’est la raison pour laquelle, nous Syndicat National des Metteurs en Scène, nous associons à l’ensemble de nos camarades du spectacle vivant et au combat qu’ils mènent pour que cet amendement soit retiré sans délai et que s’ouvre une consultation et un dialogue constructifs autour des questions que posent la taxe fiscale sur les spectacles et des réflexions qu’il conviendrait de mener pour aboutir, le cas échéant, à son évolution.

(Texte édité dans les actualités du site du SNMS, cliquez ici, et diffusé sur les réseaux sociaux FaceBook et Twitter)



Mots clés :

Ministère de la Culture ASTP Ministère des finances

Envoyer un commentaire