SNMS
Guy-Pierre Couleau - président du SNMS

Vague à l’âme et deuxième vague

Depuis quelques jours, la deuxième vague du virus s’abat sur notre pays et les perspectives de fermetures d’établissements recevant du public deviennent à nouveau une réalité. Bars et restaurants ferment leurs portes partiellement. S’agit-il du signe annonciateur d’une autre période plus dure, d’ici peu ? Qu’en sera-t-il des théâtres et des salles de spectacle ? Nul ne le sait pour le moment mais il y a lieu de s’interroger.

Et comme si cela ne suffisait pas déjà, les organismes de gestion collective, et parmi elles la Spedidam et l’Adami, annoncent que le dépôt de nouvelles demandes d’aides aux projets artistiques est suspendu jusqu’à fin décembre 2020. Ceci en raison d’une décision de la Cour de Justice de l’Union européenne du 8 septembre 2020 qui contraint « les organismes de gestion collective européens à reverser les sommes perçues au titre de la rémunération équitable sur les enregistrements fixés hors de l’Union européenne à tous les artistes, y compris ceux dont les phonogrammes proviennent de pays qui n’ont pas signé les traités internationaux prévoyant la rémunération équitable ou qui, à l’instar des États-Unis, ont signé ces traités en émettant des réserves prévoyant qu’ils ne verseront pas cette rémunération pour les phonogrammes européens. » *

Une chose est claire : cet arrêt peut avoir des conséquences désastreuses sur les aides aux projets ainsi que sur l’action culturelle, la création, la diffusion des œuvres et l’emploi artistique. Autant dire que de nombreux metteuses et metteurs en scène vont être touchés par ces mesures, si elles sont pérennisées. La structuration des productions s’appuyant depuis de nombreuses années sur les aides et subventions prodiguées par les OGC, il semble bien improbable que le seul ministère de la culture puisse aujourd’hui compenser cet arrêt brutal dans les financements des projets. Être artiste aujourd’hui relève décidément d’un engagement qui semble parfois confiner à la dévotion.

De quoi avoir un certain vague à l’âme en ce mois d’octobre qui démarre sous de bien rudes auspices.

Restons unis dans ces temps troublés et faisons face avec détermination : notre solidarité est plus que jamais nécessaire. Le SNMS se mobilise plus que jamais pour que soient préservés les droits de chacune et chacun et pour cela nous avons besoin de votre présence et de votre adhésion. Rejoignez-nous !

* Communiqué à lire sur le site de la Spedidam

Vague à l’âme et deuxième vague

Depuis quelques jours, la deuxième vague du virus s’abat sur notre pays et les perspectives de fermetures d’établissements recevant du public deviennent à nouveau une réalité. Bars et restaurants ferment leurs portes partiellement. S’agit-il du signe annonciateur d’une autre période plus dure, d’ici peu ? Qu’en sera-t-il des théâtres et des salles de spectacle ? Nul ne le sait pour le moment mais il y a lieu de s’interroger.

Et comme si cela ne suffisait pas déjà, les organismes de gestion collective, et parmi elles la Spedidam et l’Adami, annoncent que le dépôt de nouvelles demandes d’aides aux projets artistiques est suspendu jusqu’à fin décembre 2020. Ceci en raison d’une décision de la Cour de Justice de l’Union européenne du 8 septembre 2020 qui contraint « les organismes de gestion collective européens à reverser les sommes perçues au titre de la rémunération équitable sur les enregistrements fixés hors de l’Union européenne à tous les artistes, y compris ceux dont les phonogrammes proviennent de pays qui n’ont pas signé les traités internationaux prévoyant la rémunération équitable ou qui, à l’instar des États-Unis, ont signé ces traités en émettant des réserves prévoyant qu’ils ne verseront pas cette rémunération pour les phonogrammes européens. » *

Une chose est claire : cet arrêt peut avoir des conséquences désastreuses sur les aides aux projets ainsi que sur l’action culturelle, la création, la diffusion des œuvres et l’emploi artistique. Autant dire que de nombreux metteuses et metteurs en scène vont être touchés par ces mesures, si elles sont pérennisées. La structuration des productions s’appuyant depuis de nombreuses années sur les aides et subventions prodiguées par les OGC, il semble bien improbable que le seul ministère de la culture puisse aujourd’hui compenser cet arrêt brutal dans les financements des projets. Être artiste aujourd’hui relève décidément d’un engagement qui semble parfois confiner à la dévotion.

De quoi avoir un certain vague à l’âme en ce mois d’octobre qui démarre sous de bien rudes auspices.

Restons unis dans ces temps troublés et faisons face avec détermination : notre solidarité est plus que jamais nécessaire. Le SNMS se mobilise plus que jamais pour que soient préservés les droits de chacune et chacun et pour cela nous avons besoin de votre présence et de votre adhésion. Rejoignez-nous !

* Communiqué à lire sur le site de la Spedidam

... continuer la lecture de l'édito réduire

Actus du SNMS

actu du 21/10/2020 
Colloque du SNMS à Avignon : "Les metteurs en scène dans la Cité"
actu du 16/10/2020 
Couvre-feu : la réponse du SNMS
actu du 28/08/2020 
Plan de soutien au spectacle vivant - Ministère de la Culture
actu du 28/08/2020 
Pétition : n'oubliez pas les autrices et les auteurs du spectacle vivant !
actu du 15/07/2020 
Tribune - Culture & Budget de relance européen
actu du 24/06/2020 
"Est-ce que j'ai une gueule d'Arletty ?" lauréat aux Molières
actu du 23/06/2020 
Soutien à Kirill Srebrennikov
actu du 12/06/2020 
Les 15 propositions du SNMS
actu du 02/06/2020 
Molières 2020
actu du 18/05/2020 
Diffusion de la Phèdre d'Anne Delbée - La Comédie continue
actu - Cyril Le Grix 
CALLAS, IL ETAIT UNE VOIX
actu - Pierre Florac 
Opéra - King Arthur- de Purcell (1691)
actu - Valérie Castel Jordy 
La traversée du Azhar
actu - Samuel Sené 
Avignon 2021
actu - Francisca Rosell 
Les 3 Mousquetaires
actu - Francisca Rosell 
Les Misérables 2.0
actu - Francisca Rosell 
Don Quichotte ou presque
actu - Alexandre Tchobanoff 
Sulki et Sulku ont des conversations intelligentes (J-M. Ribes)